Techniques neuro-méningées

Elles concernent cette fois le système nerveux et plus particulièrement les nerfs dits “périphériques”. Elles sont des techniques de choix dans les problèmes de rachis avec projections douloureuses (névralgie cervico-brachiale, sciatalgie etc…). Il s’agit de techniques lentes et progressives visant à mettre en mouvement les structures nerveuses pour leur rendre de la mobilité.

Qu'est ce que l'ostéopathie? 

L'ostéopathie est une thérapie manuelle qui considère l’individu dans sa globalité et qui vise à rétablir la mobilité de tous les tissus du corps.

Andrew Taylor Still, fondateur de l’Ostéopathie au XIXème siècle, disait que lorsqu'une partie du corps souffre, c’est l’équilibre général qui est altéré. Cette idée qui nous parait évidente aujourd’hui était à l’époque tout à fait novatrice...

Les techniques ostéopathiques

Les outils dont dispose l’ostéopathe sont nombreux. Il est important de comprendre qu’il n’y a pas de technique “reine”. Toutes les techniques ont leur intérêt. 

Si pour une raison quelconque un type de technique est inutilisable (crainte du patient ou contre-indication), l’ostéopathe pourra utiliser d’autres moyens pour obtenir le résultat désiré. Voici tout de même un bref explicatif des grandes “familles” de techniques ostéopathiques :

  • Techniques myotensives ou musculaires

    Il existe un panel très large de techniques musculaires. De façon générale elles utilisent la contraction musculaire, dans des modalités précises, afin d’obtenir le relâchement du muscle.

  • Techniques réflexes

    Là encore il existe de très nombreuses techniques. Celles-ci peuvent être très variées mais elles ont comme caractéristique commune de s’appuyer sur les principes de réflexe du système nerveux. Le but étant encore une fois de prendre en compte la physiologie du corps pour obtenir décontraction musculaire et mobilité tissulaire.

  • Techniques fasciales

    Il s’agit de techniques douces. Les fascias sont de membranes conjonctives qui enveloppent tous les structures du corps (muscles, os, organes etc…). Toutes ces membranes sont reliées les unes aux autres et unissent ainsi toutes les structures du corps. Les techniques viseront à déceler des zones de blocage dans ces membranes pour ensuite les libérer et rendre de la mobilité aux structures sous-jacentes.

  • Techniques neuro-méningées

    Elles concernent cette fois le système nerveux et plus particulièrement les nerfs dits “périphériques”. Elles sont des techniques de choix dans les problèmes de rachis avec projections douloureuses (névralgie cervico-brachiale, sciatalgie etc…). Il s’agit de techniques lentes et progressives visant à mettre en mouvement les structures nerveuses pour leur rendre de la mobilité.

  • Techniques crâniennes

    Elles s’intéressent à la mobilité des os du crâne et de la face. Elles prennent la forme de pression douce la plupart du temps. Elles sont particulièrement indiquées chez le nourrisson dont les os du crâne ne sont pas encore “soudés”, dans les cas de plagiocéphalie notamment. Les indications chez l’adulte sont vastes également (problèmes ORL à répétition, problèmes mandibulaires, migraines et céphalées etc… )

  • Techniques de manipulations structurelles

    Il s’agit d’une manipulation rapide d’une articulation. Elle peut concerner les articulations de la colonne vertébrale ou des membres. Ces techniques peuvent occasionner un bruit typique, communément appelé “craquement”. Ce craquement ne constitue pas une dégradation de l’articulation mais simplement un phénomène appelé cavitation. Il correspond à la libération de gaz dans l’articulation lors de la manœuvre.

  • Techniques viscérales

    Elles s’intéressent à la mobilité des organes abdominaux. Par l’intermédiaire de pressions douces l’ostéopathe s’attachera à restituer la mobilité des organes sur lesquels il aura constaté des restrictions ou des tensions. Le travail sur les organes abdominaux peut participer au soulagement de certaines douleurs lombaires. Il peut être indiqué également dans les troubles de l’alimentation et de la digestion (reflux , constipation etc…) chez l’adulte comme chez l’enfant.

Un point sur la législation

Pour pouvoir pratiquer, chaque ostéopathe doit être inscrit sur les listes de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Un numéro ADELI lui est alors attribué.

Le numéro ADELI de votre ostéopathe est : n° 92 00 0559 2.

L’ostéopathie est officiellement reconnue en France depuis l’article 75 de la loi n° 2002-303 du 4 Mars 2002 relative aux droits des maladies et à la qualité du système de santé.

Voici le lien correspondant à cet article de loi : 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000227015&categorieLien=id

Le décret du 25 Mars 2007 n° 2007-435 clarifie l’enseignement et le champ de compétence des ostéopathes.

Voici le lien correspondant à cet article de loi :

http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000462001&dateTexte=&categorieLien=id

Suite au décret n° 2014-1505 du 12 Décembre 2014, le Ministère de la Santé a dressé la liste des Ecoles d’ostéopathie agréées.

Votre ostéopathe est issu d’une école agréée : IFSO – EFOM Institut Boris Dolto 43 bis rue des Entrepreneurs 75015 Paris.

Voici le lien vers la liste des écoles d’ostéopathie agréées :

http://www.sante.gouv.fr/liste-des-etablissements-agrees.html

Antoine Markus - 27 rue d'Orléans 92210 Saint-Cloud